Turbopropulseurs de l’Armée : du plus vieux au plus moderne

On apprécie le doux bruit du plus ancien turboprop de l’Armée, le Rolls Royce Tyne, qui équipe les Transall et Atlantique 2, et qui développe 6200 ch.

Mais on est plus plus impressionnés par le bruit  soutenu du turboprop le plus moderne du monde, le TP400, qui développe 14000 ch sur l’A400M. L’arrivée de ce mastodonte équipé de pales acérées évoque un peu les effrayants monstres de la Guerre des Mondes

Passage d’un Dassault-Bréguet Atlantique 2

Capture plein écran 06022014 135411.bmpJ’ai saisi la remise de gaz dans les stratus de l’ATL2. On distingue ces étonnantes trainées de condensation de bout de pales, qui matérialisent à merveille le pas de l’hélice.

C’est l’occasion de revoir un cours sur les hélices, sujet particulièrement complexe.

ATL2 1ATL2 2

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée au parking d’un A400M Atlas

Assister à l’escale d’un A400M, c’est l’occasion de voir en action les hélices tournant en sens inverse sur chaque moteur. La video (venant d’un iPhone en mode zoom) inverse le vrai sens de rotation. Voir cet article sur ce moteur hors norme et son concept « DBE ».

Voici les photos du mastodonte, par Joris sur le blog airactu87 :

Et, tout aussi impressionnant, mais un peu moins terrifiant : la maquette volante de l’engin, de 4 mètres et 42 kg quand même :