15 Janvier,  la neige annoncée fait pschittt…

Les chutes de neige prévues en France n’ont pas été d’une grande virulence à Limoges. Au contraire, elles ont laissé place à un ciel de traîne peu active, beaucoup plus favorable au vol à vue que les brouillards persistants des dernières semaines.

Cet Embraer 145 n’a pas été impressionné par les reliquats neigeux en bord de piste…

DSC_2881 DSC_2892

 

 

 

 

 

 

 

En attendant l’arrivée des gros bataillons du général hiver, revenons sur sa fameuse campagne de Février 2012, au nom de code « petite ère glaciaire ». Les photos ici…

Février 2012 : -15°C, vent de nord permanent, neige volatile, souffle coupé…

Le froid intense et le vent  transforment tout mise en oeuvre de l’avion en sortie épique.
On est habillé comme en haute montagne, on garde gants et  doudounes dans l’avion.
Les moteurs font une grosse comédie pour partir. On les fait chauffer longuement.
Mais la récompense est là : on a changé de continent après l’envol. Le Limousin prend un air de Belle Province.
La lumière irradie tous les recoins du ciel, le froid transforme l’air en une masse lourde et porteuse sur laquelle l’avion s’appuie et grimpe sans effort.
Les pieds de l’équipage s’engourdissent mais la tête est bien plus en éveil. Autour, tout est beau, calme. Les navigations reprennent leur sens. Il faut surveiller de près son cap, car on ne reconnaît plus rien. On apprend une nouvelle région, où les villages et lacs sont invisibles, noyés dans une masse blanche, d’où la moindre forêt ressort en contraste sombre.
Merci à l’hiver de nous avoir offert ce voyage, difficile mais intense.

 

Aux USA et Canada, on calcule depuis longtemps le WIND CHILL, température ressentie avec du vent, de manière à faire prendre conscience des dangers d’un froid sévère associé au vent.
Avec -15°C et 15 kt de vent, le corps ressent -25°C. Gants obligatoires!